J’ai vu il n’y a pas longtemps une petite BD humoristique sur la pole dance.

Ça disait :
« Voilà le nombre de figures que je sais que je sais faire » ➡️ il y avait plein de dessins de figures trop stylées.
« Voilà le nombre de figures dont je me souviens quand j’essaye de danser en freestyle » ➡️ il n’y avait plus que 2 dessins de figures basiques.

Ça illustre bien le fait que, lorsqu’on apprend plein de figures, on ne peut corporellement pas les intégrer assez profondément pour que ça soit remobilisable naturellement dans la danse.

Un peu comme en danses de couple : les gens apprennent tout plein de figures, et ont l’impression d’avancer… mais concrètement, en soirée quand il s’agit d’improviser, de réellement DANSER, il ne sort que 2 ou 3 figures simples… qui elles, ont vraiment eu le temps de s’intégrer.

Parce que l’esprit et le corps ne fonctionnement pas au même rythme.
Notre esprit aime apprendre plein de figures, mais le corps a besoin de temps et de repétition pour intégrer.

Et ça, ce temps du corps, à la DAC Academy , c’est une philosophie importante : le but n’est pas de donner plein plein de figures pour donner aux élèves l’impression MENTALE d’avancer.
L’envie est de travailler avec le CORPS des élèves, et de permettre une réelle assimilation des figures, des concepts, des bases etc.

Le but n’est pas de sortir avec une liste de figures « stylées » rapidement.
La progression se voudra plus profonde, on ira vraiment faire en sorte que les bases s’engramment réellement dans le corps.

Parce que finalement, dans toutes les danses, le pluuuuuus fondamental… c’est les bases.
Une fois les bases bien solides dans le corps, les étapes d’après seront elles aussi solidement construites, parce que fondées sur un socle solide.

Dans tout travail du corps, si on veut que ce soit bien fait… il faut aller lentement.
Parce que le corps fonctionne lentement, contrairement à notre esprit boulimique dans ce monde qui va trop vite… 😊