J’ai décidé de sortir de ce mode de vie nomade, de m’installer en Bretagne, et de reprendre la danse.
C’est ainsi que j’ai poussé pour la 1ere fois les portes de la DAC Academy .

Le contraste avec ces dernières années a été émotionnellement très marquant.
Je prenais la pleine mesure de l’immense luxe que c’est que d’avoir une vraie école de danse à Vannes.

Ça faisait 4 ans que je vivais avec pour seul point d’attache mon sac à dos.
Baroudeuse, exploratrice, nomade.

Jamais + de 2 mois au même endroit, vivant le plus souvent dans la simplicité d’une caravane, cuisinant au feu de camp, la douche froide à la rivière et les « toilettes » en forêt.

Avec ce mode de vie, j’ai dû arrêter la danse, que je pratiquais avec passion à Paris.
Impossible de m’inscrire où que ce soit, à cause de mon instabilité géographique et du fait que très souvent, à part dans les grandes villes… il n’y a pas grand chose, que ce soit en terme de cours ou de soirées.

Mais la danse a toujours été un besoin pour moi.

Alors tant pis, avec mes écouteurs qui glissaient, pieds nus sur le sol irrégulier et plein de racines, avec un arbre comme maigre substitut de pole, j’allais m’isoler en forêt pour bouger un peu.
Aux aguets pour ne pas me faire voir, frustrée de ne pas avoir de miroir, et ne progressant plus faute de prof.

En septembre 2021, j’ai décidé de sortir de ce mode de vie instable, de m’installer en Bretagne, et de reprendre la danse.
C’est ainsi que le 27 septembre 2021, à 21h, j’ai poussé pour la 1ere fois les portes de la DAC Academy .

Le contraste avec ces dernières années a été émotionnellement très marquant.
Je prenais la pleine mesure de l’immense luxe que c’est que d’avoir une vraie école de danse à Vannes.

De rencontrer d’autres passionnés.
D’avoir un véritable parquet et des miroirs immenses.
De bénéficier de l’expérience de vrais profs compétents.

Ce premier soir, fermant les yeux pendant qu’un danseur me faisait tournoyer, je savourais cette scène surréaliste, d’être ici, dans un cours de danse.

Moi qui ai très longtemps pensé que cette partie de ma vie était derrière moi, que plus jamais je ne pourrai m’offrir ce luxe…
J’étais là, de nouveau.

Cela fait 8 mois, et ma présence dans cette école de danse à Vannes est devenue une habitude quasi quotidienne.
Mais je n’oublie pas.

À chaque fois, je prends le temps de me rappeler que rien n’est normal.
Rien n’est acquis.
Que tout ça est un luxe et une chance énorme.

Et j’ai énormément de gratitude pour ceux qui permettent à ce luxe d’exister pour qu’on puisse en profiter.